La France se classe deuxième en Europe pour l'innovation en matière d'énergie à faible teneur en carbone

Actualités Out-Law | 10 Jun 2021 | 10:57 am | 1 min. de lecture

La France est le deuxième pays le plus innovant d'Europe en matière d'énergie à faible teneur en carbone, si l'on en croit le nombre de brevets déposés.

C'est ce que révèlent les chiffres fournis par Business France, une initiative du gouvernement français qui met en lumière les opportunités nationales en matière d'entrepreneuriat et d'investissement.

Dans les énergies bas carbone, la France se classe ainsi au deuxième rang des pays européens, avec 17 487 brevets déposés entre 2000 et 2019, derrière l'Allemagne (52 684 brevets déposés), mais devant le Royaume-Uni (11 289 brevets).

Dans un rapport publié par l'Office européen des brevets (OEB) et l'Agence internationale de l'énergie (AIE), en avril dernier, la France apparaît également à la sixième place du classement des pays les plus innovants en matière d’énergies bas carbone. Le pays se distingue plus particulièrement par la place occupée par la recherche publique concernant aux énergies propres.

Plus généralement, l’Europe est, au niveau mondial, la région la plus innovante avec 28% des demandes de brevets au cours des 20 dernières années, devant le Japon (25%), les Etats-Unis (20%), la Corée du Sud (10%) et la Chine (8%).

Enfin, le rapport de l’OEB et de l’AIE fait ressortir les tendances globales qui se dessinent pour les énergies propres. Les technologies de production d'énergie bas carbone tendent ainsi vers les technologies d'efficacité énergétique ou celles permettant le passage à une énergie plus durable pour les utilisateurs finaux. Une dynamique débutée en 2012 qui s’étend aujourd’hui aux technologies transversales comme les batteries, l'hydrogène et les réseaux intelligents, et qui traduit, selon les autorités, la maturité technologique atteinte par les énergies renouvelables, comme le solaire, les biocarburants ou les énergies marines.